Retrouvez Villecresnes via : twitter flux rsss

L’interdiction d’exploitation des gaz de schiste maintenue

En mars, c’est par voie de presse que les élus et administrés des communes concernées d’Ile-de-France, parmi lesquelles se trouve Villecresnes, ont pris connaissance de l’instruction de 14 nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures sur le territoire.

Une nouvelle qui a remis en question la loi interdisant la méthode de fracturation hydraulique voté en juillet 2011. La municipalité de Villecresnes a délibéré le 7 avril avec le vote d’un vœu marquant son opposition à l’instruction de ces permis. Cet été, Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, a déclaré que le gouvernement ne reviendrait pas sur cette interdiction.

 

La loi n°2011-835 du 13 juillet 2011 portant sur l’interdiction de la méthode de fracturation hydraulique est la résultante de la mobilisation de nombreux élus et citoyens qui ont porté leur préoccupation au sommet de l’Etat. Leurs actions conjointes ont conduit le gouvernement à prendre position.

Pour rappel, l’extraction des gaz de schiste nécessite une fracturation hydraulique qui consiste à injecter à très haute pression de grandes quantités de fluides, de sable et des composés chimiques. Cette méthode provoque alors un petit séisme entrainant la désorption et la récupération de l’hydrocarbure contenu dans le sous-sol.

Le 20 juillet, la ministre de l’Ecologie a déclaré officiellement que le gouvernement ne reviendra pas sur l’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique, technique jugée hautement polluante.

Le gouvernement maintient clairement et nettement sa position sur l’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste » a déclaré Delphine Batho sur BFM-TV. « Rien aujourd’hui dans l’agenda du gouvernement n’envisage de revenir sur l’interdiction de la fracture hydraulique

a-t-elle ajouté.

Les défenseurs des gaz de schiste font valoir que leur exploitation permettrait des créations d’emploi et rendrait le pays moins dépendant du gaz importé de l’étranger. Toutefois, le gouvernement rétorque que personne n’a pu prouver que la fracturation hydraulique était sans conséquence sur l’environnement ou la santé.

Réaction de Daniel wappler, maire de Villecresnes, concernant les permis d’exploiter les hydrocarbures dans les sous-sols du Val-de-Marne

La lettre du 10 avril 2012 des Maires de Champigny-sur-Marne,Limeil-Brévannes, Boissy-St-Léger et Villecresnes adressée aux maires concernés par le « permis de Chevry »

Crédits Photo : matador120 / 123RF Banque d'images

Actualités région

Tous les articles

Exprimez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Laissez un commentaire