Retrouvez Villecresnes via : twitter flux rsss

Raymond De Costa, un homme d’honneur

Decosta.Raymond.Il est de ces hommes qui ont une vie aussi remplie que celle d’un personnage de livre, Raymond De Costa est certainement un homme de cette catégorie là. Aujourd’hui âgé de 93 ans, Raymond De Costa a le regard aussi vif que celui de la jeunesse et un éternel sourire aux lèvres.

Sans doute parce qu’il se considère comme un homme heureux. Pourtant, sa carrière de militaire et ses engagements sur divers fronts pourraient laisser supposer qu’il a été témoin d’horreurs qui auraient assombri sa vision du monde et des hommes, et pourtant…

  • Né à Pondichéry dans le sud-est de l’Inde, Raymond De Costa est issu d’une famille de militaires. Le bac en poche, il décide de rejoindre les troupes du Général de Gaulle après l’appel du 18 juin 1940, contre l’avis de sa mère; il fait alors parti du second contingent à quitter l’Inde pour rejoindre la Première division française libre au Caire.
    Le 29 janvier 1942, il prend le bateau à Bombay en direction de l’Egypte. Il part alors en tant qu’artilleur avec la 8ème armée anglaise combattre les forces de l’Axe à la bataille d’El Alamein en juillet 1942. Cet épisode de la Guerre du désert marque la fin de l’avancée des forces de l’Axe en Egypte. De là, toujours au sein de la 8ème armée anglaise dirigée par Montgomery, il participe à la campagne de Tunisie et à la prise de Tripoli. Après le débarquement en Italie, il participe à celui sur les côtes de Provence et combat en France jusqu’à l’armistice. De retour chez lui lors d’une permission, il découvre sa famille décimée, sa mère et ses frères sont décédés et seul son père et deux nièces vivent encore.
  • Raymond De Costa est par la suite affecté en Afrique occidentale au Maroc en 1946 et à Dakar de 1949 à 1952. Avant cela, il fait une rencontre bouleversante lors d’un bal à la Motte-Piquet-Grenelle à Paris : Emilienne devient sa femme en 1946. De retour en France, il repart aussitôt combattre en Indochine de 1953 à 1955 et participe à la bataille de Diên Biên Phu. Il est ensuite mobilisé pour la guerre d’Algérie de 1958 à 1959. Après ces épisodes marquants, il est envoyé en séjour à Madagascar de 1960 à 1962.
  • C’est en 1962 que Raymond De Costa et sa famille s’installent à Villecresnes, une résidence en France entrecoupée de 1966 à 1969 puisqu’il part avec les siens en garnison en Nouvelle Calédonie. Retraité militaire, il travaillera quelques années dans une entreprise du secteur pétrolier à Paris avant de profiter pleinement de sa retraite civile. Après tant de missions, Raymond De Costa s’octroie du temps avec son épouse, ses 5 enfants, ses 12 petits-enfants et ses 2 arrières petites-filles. Il n’est pas pour autant inactif, puisqu’il continue à pratiquer le Taï Chi Chuan ; il est aussi membre du bureau de l’association Arc-en-Ciel et de l’Union Nationale des Combattants (UNC).
    Parmi ses nombreuses décorations, la Légion d’Honneur lui est remise en 2010 et l’élève au grade de Chevalier de La Légion d’Honneur par décret présidentiel, au titre du Ministère des Armées.Raymond De Costa reste discret sur ses souvenirs et son vécu, sans doute par pudeur. Après avoir parcouru le monde et ses contrées, quand on lui pose la question de savoir quel est le pays qui l’a le plus marqué, il nous répond :

    J’aime la Bretagne, j’aurais pu être Breton.

Crédits Photo :

Portraits

Tous les articles

Exprimez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Laissez un commentaire